Le porte parole du président russe, Dimitri Peskov a confirmé ce matin que les deux présidents se rencontreraient bien le 19 août. A l’ordre du jour, selon le côté russe, les relations bilatérales et l’Ukraine.

Il sera question évidemment de la réunion au format « Normandie » demandée par le président ukrainien Vladimir Zelenski. La France a rapidement déclaré son soutien à une telle initiative alors que le côté russe, par la bouche de son ministre des affaires étrangères, Serguei Lavrov, avait été plus réservé. C’est de ce format qu’étaient nés les accords de Minsk (Minsk 2), signés les 11 et 12 février 2015, toujours en vigueur, en principe, mais que Kiev n’a même pas commencé à appliquer.

Une réunion internationale, à ce niveau, se prépare à l’avance sinon, elle risque de n’être qu’une séance de photos sans conséquences. Ou même pire, les parties concernées pourraient être tentées d’utiliser la rencontre à des fins de propagande. D’où la réaction du ministère des affaires Etrangères russe.

Le côté français a annoncé fin juillet, que les discussions se tiendraient au Fort de Brégançon.