Le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, et le président de la République de Turquie, Recep Erdogan, se sont rencontrés à Sochi, dans le sud de la Russie le 22 octobre 2019. A l’issue d’une réunion de plus de six heures et demi, les deux pays sont convenus de ce qui suit. La lecture du mémorandum en dix points a été faite, au cours de la conférence de presse des deux présidents, par le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov.

Voici la traduction française de ce texte :

1. Les deux parties réaffirment leur volonté de maintenir l’unité politique et l’intégrité territoriale de la Syrie, ainsi que de garantir la sécurité nationale de la Turquie.

2. Ils soulignent leur détermination à lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations et à résister aux aspirations séparatistes sur le territoire syrien.

3. Dans ce contexte, le statu quo existant dans la zone actuelle de l’opération « Peace Spring » entre Tel Abyad et Ras Al Ain, avec une profondeur maximale de 32 km, sera maintenu.

4. Les deux parties confirment l’importance de l’accord d’Adana. La Fédération de Russie contribuera à la mise en œuvre de l’accord d’Adana dans les conditions modernes.

5. Le 23 octobre 2019, à partir de midi, du côté syrien de la frontière turco-syrienne, en dehors de la zone d’opération « Peace Spring », des unités militaires russes et syriennes entreront. Celles-ci faciliteront le retrait des unités de la force de libération kurde et de leurs armements à 30 km de la frontière entre la Syrie et la Turquie, qui devront être achevés dans les 150 heures qui suivront le 23 octobre 2019 à 12 heures. La patrouille commune commencera à une profondeur maximale de 10 km de la frontière, à l’ouest et à l’est de la zone d’opération « Peace Spring », à l’exception de la ville de Kamyshly.

6. Toutes les unités des Forces de libération kurdes et leurs armes seront retirées à Manbij et Tan Rifat.

7. Les deux parties prendront les mesures nécessaires pour empêcher l’infiltration de terroristes.

8. Des efforts conjoints seront déployés pour faciliter le retour sûr et volontaire des réfugiés.

9. Un mécanisme conjoint de surveillance et de vérification sera créé pour l’examen et la coordination de la mise en œuvre du présent mémorandum. 

10. Les deux parties poursuivront leurs efforts pour trouver une solution politique au conflit syrien dans le cadre du « mécanisme d’Astana » et soutiendront les activités de la commission constitutionnelle.