Le ministère des finances russe a annoncé ce matin que l’Etat avait racheté les 50% plus une action, détenus par la Banque de Russie dans le capital de Sberbank. La nouvelle circulait depuis le début de cette année, Vladimir Poutine avait signé le 18 mars le décret autorisant la transaction par utilisation de fonds provenant du « National Wealth Fund ». L’opération est bouclée.

Sberbank est la plus grande banque de Russie, d’Europe Centrale et de l’Est et l’une des plus grandes institutions financières du monde. Elle est présente dans 83 des sujets de la Fédération de Russie. A l’étranger, Sberbank est présente dans 18 pays dont la Suisse où la banque à une filiale à Zurich. Elle a plus de 281.000 employés en Russie.

L’histoire de cette banque commence le 12 novembre 1841 avec la création, sur ordre du tsar Nicolas 1er d’un réseau de caisses d’épargne. Le 1er mars 1842, un financier de Saint-Pétersbourg, Nikolai Christofari devient le premier client de ce réseau. Il fait un dépôt de 10 roubles au taux d’intérêt annuel de 4%. Ce taux d’intérêt sur les dépôts restera inchangé jusqu’en 1857. A la fin des années 50 le réseau de caisse d’épargne a plus de 90.000 clients. Le 16 octobre 1862, le tsar Alexandre II ordonne que des bureaux de caisse d’épargne soient ouverts dans « toutes les villes, les villages et les bourgs ». A partir de là, ce qui n’était qu’un embryon de réseau avec seulement deux bureaux à Saint-Pétersbourg et à Moscou employant quelques vingt personnes s’est développé jusqu’à avoir 3.875 bureaux en 1895. Le total des dépôts se montait alors à 368 millions de roubles.

En 1895, une nouvelle charte bancaire autorise les caisses d’épargne à créer de nouveaux produits et les clients bénéficient du secret bancaire. En 1905 les caisses sont autorisées à vendre des polices d’assurance et à partir de 1915, des bureaux sont ouvert dans les postes des villages.

Après la révolution le réseau devient la « Caisse d’épargne des travailleurs » qui, pendant la NEP, vend des obligations dont l’Etat se sert pour financier l’industrialisation. Les agences commencent à faire des transferts de fonds et à traiter des obligations. Pendant la guerre, les agences participent au financement de l’effort de guerre. Elles lanceront quatre emprunts sous le slogan « Tout pour le front, tout pour la victoire » et récolteront au total 72 milliards de roubles soit environ 15% des dépenses militaires du pays.

Après 1953, le nombre d’agences va quasiment doubler pour atteindre 79.000 alors que les dépôts seront multipliés par cent. A partir de 1963, les agences vont commencer à accepter les paiements des charges, du gaz, de l’électricité et des impôts et la plupart des grandes entreprises payant les salaires sur des comptes de la banque, presque tous les citoyens soviétiques deviendront clients.

En 1987, pendant la perestroïka, les caisses d’épargne sont réorganisées et forment la Banque d’Epargne d’URSS, Sberbank. C’est à ce moment qu’elle installe ses premiers distributeurs de billets. Elle lance également de nouveaux produits : des comptes à terme, des comtes de dépôt pour les jeunes ou les enfants, des comptes d’épargne, etc. En 1989, Sberbank ouvre des guichets de change.

Au début des années 90, Sberbank devient une société par actions. A partir de 2000 elle se développera comme une banque commerciale universelle. Dans le même temps, elle lance sa première carte de crédit et entame son développement à l’international.

La modernisation se poursuit sous la direction d’Herman Gref, nouveau président du Comité Exécutif, nommé en 2007, et aujourd’hui Sberbank est devenu le groupe financier le plus performant en Russie comme à l’étranger. Elle développe des services technologiques de pointe regroupés dans son propre ecosystème.

Au 29 avril 2019, Sberbank avait un total de 253.719 actionnaires répartis ainsi : 246.828 personnes physiques et 6.891 personnes morales. Le capital était réparti entre : la Banque de Russie (50%+1), des personnes morales non résidentes (45,04%), des personnes morales résidentes (1,81%) et des personnes physiques (3,15%). La Banque de Russie était le seul actionnaire à détenir plus de 5% du capital de la banque. Aujourd’hui, l’Etat russe a pris la place de la Banque de Russie dans l’actionnariat.

La transaction s’est faite sur la base du cours moyen de l’action à la Bourse de Moscou entre le 9 mars et le 7 avril 2020, soit un prix de 189.44 roubles par action. Le montant total de la transaction est donc de 2.139 milliards de roubles soit quelques 29 milliards de dollars, somme qui est versée en totalité à partir du « National Wealth Fund » comme prévu dans l’oukaze présidentiel du 18 mars 2020.

Le changement d’actionnaire n’aura aucune conséquence immédiate sur l’activité de la banque. La décision de transfert avait été prise en fin d’année dernière afin d’éviter de possibles conflits d’intérêts. La Banque de Russie est l’organisme de régulation du système bancaire russe, il est donc logique qu’elle cède le contrôle de la plus grande banque du pays.