Les Nations Unies ont publié hier, jeudi 15 mai 2020 un rapport mettant en garde contre les conséquences de la pandémie sur la santé mentale des populations. Le secrétaire général Antonio Guterres a mentionné dans sa présentation du rapport « le besoin urgent de s’occuper des souffrances psychologiques imposées par la pandémie. »

Le rapport pointe la peur d’être infecté soi-même ou de voir ses proches infectés et mourir de cette maladie. La crainte de perdre les prochaines élections peut-elle être également considérée comme un de ces facteurs de risque psychologique ?

Si c’était le cas, les dernières déclarations du président américain à propos de la Chine pourraient être un symptôme précurseur de ce dérèglement psychique. Que l’on en juge : dans un entretien avec « FOX News » hier, Donald Trump a menacé de couper tout lien avec la Chine !…

Comme le disait Alexeï Pouchkov dans un article publié par Valeurs Actuelles : « Les investissements américains directs dans son économie dépassent 270 milliards de dollars, un grand nombre de sociétés américaines font fabriquer leurs produits en Chine, d’autres dépendent de livraisons chinoises, alors que le volume des échanges entre les deux pays dépasse cinq cent milliards de dollars. Des sanctions lourdes ou l’annulation unilatérale de leur dette de 1.317 milliards de dollars envers la Chine, entraineraient une crise majeure, pour le dollar et les USA eux-mêmes. »

Les troubles psychiques sont-ils contagieux ? Rien ne le prouve pour le moment, mais certaines déclarations de dirigeants européens font planer le doute…