Les Etats-Unis n’en finissent plus d’imposer des sanctions. Un peu plus du quart de la population mondiale vit dans des pays sous sanctions américaines. Certaines ont des conséquences dramatiques sur une population éprouvée au-delà du supportable, comme en Syrie, d’autres sont plutôt anecdotiques. L’accumulation de sanctions contre des pays comme la Chine ou la Russie appartiendrait plutôt à la deuxième catégorie. L’économie Russe est loin d’être en ruines comme l’annonçait Barack Obama pour justifier l’accumulation de sanctions qui avaient commencé sous son régime. Après un choc initial, elle a même retrouvé une nouvelle vigueur, dans certains domaines, grâce aux sanctions.

Dernières en date dans cette longue liste, de nouvelles sanctions visent deux instituts de recherches russes qui ont, est-ce un hasard, participé à l’élaboration d’un premier vaccin contre le covid-19. C’est le cas de l’« Institut Central de Recherches 48 » qui a participé à l’élaboration de « Sputnik V » avec l’Institut de Recherche Gameleya, du nom du médecin et scientifique russe Nikolaï Gamaleya (Никола́й Фёдорович Гамале́я) qui travailla dans le laboratoire de Louis Pasteur en 1886. Cet Institut dépend du ministère de la Santé russe, alors que l’Institut Central de Recherches 48 dépend du ministère des armées.

Ainsi donc, cet institut et quatre autres désignés par le Département du Commerce américain sont soumis à sanctions au motif que : le Département du Commerce « a des motifs raisonnables » de penser que ces Instituts participent à des recherches dans le domaine des armes biologiques. Les autorités russes démentent toute participation d’une quelconque entité russe dans ce domaine qui fait l’objet d’un traité d’interdiction international, et parlent à propos des sanctions de « théâtre de l’absurde ». Pour la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, il s’agit d’une énième tentative de fausser la concurrence commerciale mondiale au profit de sociétés américaines.

Des laboratoires chinois sont également visés, qui eux aussi travaillent à l’élaboration des vaccins anti-covid 19. Rien pour le moment, en ce qui concerne les laboratoires cubains qui sont également en avance dans ce domaine. Il faut dire que l’on se demande quelles nouvelles sanctions il serait possible d’inventer contre ce pays qui vit sous une longue liste de sanctions américaines dont les premières remontent à 1958…

Après les guerres sans fin, les destructions de pays, la sortie des accords internationaux, la pandémie non maitrisée, les émeutes raciales et une campagne électorale de plus en plus violente, la folie des sanctions tous azimuts ressemble aux soubresauts d’un empire qui se lézarde et devient de plus en plus dangereux.