Vladimir Poutine a transmis à le Douma un projet de loi portant création du Conseil d’Etat qui sera présidé par le président de la Fédération de Russie.  Ce Conseil comprendra le premier ministre, le président du Conseil de la Fédération (chambre haute), le président de la Douma (chambre basse), le chef de l’administration présidentielle et les dirigeants de régions. Le Conseil d’Etat servira d’organe consultatif pour le chef de l’Etat. Ce projet de loi fait partie du deuxième paquet de lois destinées à mettre en œuvre les modifications de la Constitution adoptées par référendum.

L’Union Européenne a publié la liste des officiels russes sanctionnés en raison de l’affaire Navalny. Il s’agit de Serguei Kirienko, premier adjoint du directeur de l’administration présidentielle, d’Alexandre Bortnikov, directeur du FSB, d’Andrei Yarin, chef du bureau exécutif présidentiel, de Pavel Popov et Alexei Krivoruchko, ministres de la défense adjoints et de Serguei Manyailo, envoyé spécial du président pour le district de Sibérie. D’après un article du quotidien « Kommersant », il est peu probable, dans les circonstances actuelles, que les intéressés fassent appel de cette décision, comme ils en ont le droit. Serguei Menyailo en est à sa troisième ou quatrième inscription sur une liste de sanctions et pour lui, « cela ne va pas influer sur mon travail ou ma vie de tous les jours, d’aucune façon. De plus je ne possède rien à l’étranger ».

Vladimir Poutine a proposé aux USA de prolonger d’une année le traité START et de recommencer les négociations après les élections présidentielles. Le conseiller à la défense américain a déjà émis un avis défavorable. D’un côté, ce traité est le dernier traité russo-américain dans le domaine du contrôle des armements et la Russie y est très attachée. D’un autre côté, Moscou sait bien de quoi les Etats-Unis sont capables même après avoir signé un traité international et voit les efforts de Washington pour ce qu’ils sont, une opération de communication de Donald Trump avant l’élection. Enfin, les conditions imposées par Washington, comme d’amener la Chine à se joindre au traité, sont peu réalistes.

La Russie fait son retour au Conseil des Droits de l’Homme des nations Unies après une absence de quatre ans. Elle a été élue par 158 voix sur 193. Elle avait quitté le Conseil en 2016 faute d’être réélue en raison de son soutien au président syrien Bachar Al-Assad. L’élection de la Russie, de la Chine et de Cuba ont été violemment critiquées par les Etats-Unis qui ont quitté le Conseil en 2018.

Les banques russes sont parmi les dix premières du monde en termes d’informatisation. Telle est la conclusion d’une étude internationale menée par la société Deloitte International. L’étude couvrait 318 banques dans 39 pays. D’après Ekaterina Trofimova de Deloitte Russie et CEI, les banques russes ont énormément amélioré leurs performances dans les domaines des ouvertures de comptes, des paiements et transferts ainsi que dans l’utilisation des cartes bancaires. Ce sont surtout les plus grandes banques du pays qui mènent le mouvement.