Hier, la Russie a créé un nouveau monde. L’hégémon est mort. Aujourd’hui, la Russie et la Chine devraient commencer à se désengager de l’Occident, tout en se méfiant du fait que le monstre satanique est capable de frapper avec des armes nucléaires alors qu’il est à l’agonie.

L’Occident n’a plus rien à offrir.  Les pays ont déjà cédé leurs industries les plus importantes à la Chine et renié les libertés civiles de leurs citoyens.  Comme le prouvent les mandats Covid, l’Occident ne croit plus aux valeurs qu’il prône.  Les personnes qui exercent, ou tentent d’exercer, leurs droits constitutionnels à la liberté d’expression et d’association sont qualifiées de « terroristes de l’intérieur ».  Leurs voix sont étouffées, ils perdent leur emploi, leurs licences médicales sont retirées, ils sont arrêtés et emprisonnés.  Le monde occidental a été transformé en un enfer de tyrannie.

Les économistes russes, dont le cerveau a été lavé par les néolibéraux américains, sont, sans le savoir, parmi les pires ennemis de la Russie.  Ils ont été endoctrinés à croire que le développement économique russe dépend de l’accès au financement occidental.  C’est totalement absurde.

Il y a plusieurs années, Michael Hudson et moi-même avons clairement indiqué que le fait de dépendre de prêts étrangers, de capitaux étrangers, pour financer son développement était la chose la plus stupide que la Russie pouvait faire.  Nous avons demandé publiquement à la banque centrale russe comment elle allait dépenser, en Russie, les dollars ou les euros empruntés pour des projets de développement ?  Les projets sont, bien sûr, payés en roubles, car c’est la monnaie nationale.  Par quelle magie les dollars et les euros sont-ils transformés en roubles ?  La banque centrale utilise-t-elle les devises étrangères que la Russie a empruntées pour acheter des roubles sur le marché des devises ?  Pourquoi faire cela alors que la banque centrale peut créer des roubles ?

Nous avons fait remarquer à la banque centrale que lorsqu’elle reçoit un prêt en dollars ou en euros, elle place les devises étrangères dans ses réserves.  Pour financer le projet, la banque centrale crée des roubles, tout comme le fait une banque privée lorsqu’elle finance un projet.  Le prêt étranger ne fait qu’alourdir le fardeau de la Russie en payant des intérêts aux créanciers étrangers.  Comme la banque centrale peut financer les projets, et les finance effectivement, en créant des roubles, le prêt étranger n’a aucun sens.  Tout ce que fait la Russie lorsqu’elle contracte un prêt étranger, c’est contracter un engagement sans acquérir d’actif.  La banque centrale commet le même genre d’erreur lorsqu’elle conseille au Kremlin de vendre des actifs russes à des étrangers afin d’acquérir des devises étrangères, ce qui expose ensuite la Russie à des sanctions ! 

Comme la Russie n’a pas besoin de devises étrangères, elle devrait garder son gaz naturel pour le développement des économies russe et chinoise et ne pas épuiser ses réserves en vendant à ses ennemis occidentaux qui imposent des sanctions et profèrent des menaces à tout bout de champ.  Et si la Russie vend, elle devrait fixer le prix en roubles afin de renforcer le rouble.

Sous quelle forme la Russie détient-elle ses prêts étrangers dans ses réserves ?  Pas en devises. Les réserves sont généralement conservées dans la dette du pays créancier. Cela signifie qu’en contractant un prêt en dollars, la banque centrale russe détient des obligations du Trésor américain et contribue ainsi à financer l’encerclement de la Russie par Washington.

Nous venons d’assister à la confiscation des réserves étrangères de Donetsk et de Lougansk par le gouvernement, la banque centrale et les banques commerciales des États-Unis et celles de leurs euro-satellites, tout comme les dépôts et les réserves de l’Afghanistan ont été saisis, et tout comme la Banque d’Angleterre a confisqué le stock d’or du Venezuela détenu à Londres et l’a attribué au kleptocrate Guaidó, client désigné des États-Unis.

Pour des raisons étrangères aux connaissances économiques actuelles, la banque centrale russe pense qu’il est inflationniste de créer des roubles à moins de s’encombrer de dettes étrangères !  Cette idée folle montre comment la propagande économique américaine a privé la Russie de la puissance de sa propre banque centrale.

À l’heure actuelle, la banque centrale russe devrait être en train de se débarrasser du lavage de cerveau économique américain.  Mais, les intégrationnistes atlantistes tenteront de s’accrocher à leurs connexions américaines et de poursuivre leur trahison de leur propre pays.

L’Occident souffre de la même illusion que la banque centrale russe.  L’UE prévoit de sanctionner la Russie en limitant l’accès de la Russie aux marchés financiers européens. Washington fera la même chose.  La Russie n’a pas besoin que ses banques aient accès aux banques européennes ou américaines.  L’accès ne profite pas à la Russie mais aux banques européennes et américaines qui perçoivent des intérêts de la Russie.  Encore une fois, pourquoi la Russie devrait-elle payer des intérêts sur des prêts étrangers, dont le produit reste inactif dans ses réserves de change ?

L’UE, comprenant que ses banques sont les bénéficiaires, a limité les sanctions aux personnes qui ont participé au processus de reconnaissance de l’indépendance des républiques du Donbass et aux banques russes qui financent les opérations militaires russes à Donetsk et à Lougansk.

Quelle stupidité totale ! L’armée russe est financée par le budget national russe, pas par les banques.  Tout fonctionnaire russe d’un rang suffisamment élevé pour avoir participé à une décision du Conseil de sécurité, qui fait encore confiance à l’Occident pour avoir de l’argent à l’étranger est tellement stupide qu’il mérite qu’on lui confisque.  En effet, de tels imbéciles devraient être expulsés du gouvernement russe.

La Russie et la Chine ont été soumises à une opération de « psy-ops » pour les convaincre qu’elles ont besoin de l’Occident. Cette illusion est la plus grande menace à laquelle ils sont confrontés, et même à laquelle le monde est confronté.  Les risques d’une troisième guerre mondiale sont accrus par leurs contacts avec l’Occident.  Ces contacts se traduisent par des accusations constantes, des provocations constantes, qui sont dangereuses car elles peuvent déboucher sur un conflit.  La Russie et la Chine devraient maintenant savoir que les négociations avec l’Occident sont non seulement inutiles mais dangereuses. 

La première étape vers la réduction des tensions serait que la Russie et la Chine cessent de répondre aux accusations.  Les réponses ne servent à rien d’autre qu’à entretenir les accusations et à en encourager d’autres.  Les accusations sont le moyen pour l’Occident de maintenir la Russie et la Chine sur la défensive, en expliquant toujours : « non, nous ne l’avons pas fait ».  Pourquoi se donnent-ils la peine de nier ? L’Occident ne les croit jamais.

Le fait d’être constamment accusé engendre frustration et colère.  C’est la principale cause de la violence conjugale.  La seule façon pour la Russie et la Chine de mettre fin à ces violences est de cesser d’y répondre. 

La Russie et la Chine ont leurs propres objectifs.  Ces objectifs sont le développement de leurs pays et la création de leurs propres blocs commerciaux.  Il n’y a aucune raison de contaminer ce projet avec la corruption occidentale.

Le monde occidental ne sera plus un problème pour la Russie très longtemps. L’Occident s’effondre dans sa propre dégénérescence, mourant de la haine de soi.  L’Occident déshonore ses fondateurs, ses héros. L’Occident détruit ses propres monuments historiques, met sur liste noire sa propre littérature classique, enseigne la haine de soi dans ses propres universités et écoles publiques, et s’est maintenant créé deux ennemis puissants.

L’Occident rejette ses valeurs. Il n’a aucune morale, aucun respect pour la vérité. Le gouvernement américain a piétiné la Constitution dans la boue.  Comme les États-Unis « sont » la Constitution, les États-Unis se sont piétinés eux-mêmes dans la boue. Les écoles de droit sont silencieuses ou encouragent la destruction. Comme le reste de l’Occident « est » l’empire américain, tout s’écroule avec les États-Unis.

Il est difficile pour un pays, un empire, de créer des tensions qui mènent à la guerre si l’ennemi choisi ne s’engage pas avec vous, ne vous répond pas.  La meilleure chance d’éviter une guerre nucléaire est que la Russie et la Chine gardent un œil méfiant sur l’Occident, mais ignorent l’Occident et évitent de s’engager avec lui.  La Russie et la Chine devraient vaquer à leurs propres occupations.