Personnalités politiques présentes :
Min Aung Hlaing, premier ministre du gouvernement intérimaire et le commandant en chef des forces armées du Myanmar
Nikol Pashinyan, premier ministre d’Arménie
Oyun-Erdene Luvsannamsrain, premier ministre de Mongolie
Li Zhanshu, président du comité permanent de l’Assemblée populaire nationale de Chine

Ont participé par vidéo conférence :
Narendra Modi, premier ministre d’Inde
Ismail Sabri Yaakob, premier ministre de Malaisie
Pham Minh Chinh, premier ministre du Vietnam

On notera qu’il y a plus de participants à la session plénière cette année qu’en 2019, avant la pandémie, et que les participants, cette année, représentent les intérêts de plus de 3 milliards de personnes.

Discours de Vladimir Poutine

Je suis ravi de saluer tous les participants et invités du Forum économique oriental. La Russie et Vladivostok accueillent à nouveau un forum de chefs d’entreprise, d’experts, d’hommes politiques, de personnalités publiques et de membres de gouvernements de dizaines de pays du monde entier.

Des allocutions vidéo nous ont été envoyées par le Premier ministre indien Narendra Modi, le Premier ministre malaisien Ismail Sabri Yaakob et le Premier ministre vietnamien Pham Minh Chinh. Je me réjouis qu’ils aient pris le temps de participer à cette session plénière.

Comme le veut la tradition, le programme du Forum économique oriental comprend des discussions sur les projets et les initiatives qui sont extrêmement importants pour le développement des régions de l’Extrême-Orient russe et pour le renforcement des liens de coopération et d’échanges de la Russie avec les pays de l’Asie-Pacifique, qu’il s’agisse de nos anciens partenaires traditionnels ou de pays qui ne font que développer le dialogue avec la Russie dans un large éventail de domaines et de projets commerciaux.

Bien entendu, cette réunion à Vladivostok est une bonne occasion d’examiner une fois de plus la situation de l’économie mondiale et d’échanger des points de vue sur ses principales tendances et ses risques.

L’année dernière, le Forum économique oriental s’est tenu après une longue pause causée par la pandémie de coronavirus. À l’époque, la majorité des experts s’accordaient à dire que l’activité économique mondiale commençait à se redresser et qu’elle se normaliserait peu après la levée des restrictions liées au coronavirus. Cependant, la pandémie a fait place à de nouveaux défis, des défis globaux qui menacent le monde dans son ensemble. Je fais référence à la frénésie occidentale de sanctions et aux tentatives ouvertes et agressives d’imposer le mode de comportement occidental à d’autres pays, au mépris de leur souveraineté et de les plier à sa volonté. En fait, il n’y a rien d’inhabituel à cela, c’est politique suivie par « l’Occident collectif » depuis des décennies.

Le déclin de la domination des États-Unis dans l’économie et la politique mondiales, ainsi que le refus obstiné ou même l’incapacité des élites occidentales à voir, et encore moins à reconnaître, cette réalité, ont servi de catalyseur à ces processus.

J’ai déjà mentionné que l’ensemble du système des relations internationales a récemment subi des changements irréversibles, ou devrais-je dire, « tectoniques ». Les États et régions émergents du monde entier, principalement, bien sûr, dans la région Asie-Pacifique, jouent désormais un rôle nettement plus important. Les pays d’Asie-Pacifique sont apparus comme de nouveaux centres de croissance économique et technologique, attirant les ressources humaines, les capitaux et l’industrie manufacturière.

Malgré tout cela, les pays occidentaux cherchent à préserver l’ordre mondial d’hier qui leur profite et obligent tout le monde à vivre selon les fameuses « règles », qu’ils ont eux-mêmes élaborées. Ce sont d’ailleurs eux qui violent régulièrement ces règles, les modifiant au gré de leur agenda, en fonction de l’évolution de la situation à un moment donné. Dans le même temps, d’autres pays ne se sont pas montrés coopératifs lorsqu’il s’est agi de se soumettre à ce diktat et à cette règle arbitraire, ce qui a obligé les élites occidentales, pour parler franchement, à perdre leur sang-froid et à prendre des décisions irrationnelles et à courte vue sur la sécurité, la politique et l’économie mondiales. Toutes ces décisions vont à l’encontre des intérêts des pays et de leurs populations, y compris, d’ailleurs, des populations de ces pays occidentaux. Le fossé qui sépare les élites occidentales de leurs propres citoyens se creuse.

L’Europe est sur le point de jeter dans le feu des sanctions les résultats qu’elle a obtenus dans le développement de sa capacité de production, de la qualité de vie de sa population et de sa stabilité socio-économique, épuisant ainsi son potentiel, comme le veut Washington, au nom de la fameuse unité euro-atlantique. En fait, cela revient à faire des sacrifices au nom de la préservation de la domination des États-Unis dans les affaires mondiales.

Au printemps dernier, de nombreuses sociétés étrangères se sont empressées d’annoncer leur retrait de Russie, estimant que notre pays souffrirait plus que les autres. Aujourd’hui, nous voyons les sites de production fermer les uns après les autres en Europe même. L’une des principales raisons, bien sûr, réside dans la rupture des liens commerciaux avec la Russie.

La capacité concurrentielle des entreprises européennes est en déclin, car les responsables de l’UE eux-mêmes les coupent des matières premières essentielles et d’une énergie abordable, ainsi que de marchés commerciaux. Il ne faudra pas s’étonner si, à terme, les niches actuellement occupées par les entreprises européennes, tant sur le continent que sur le marché mondial en général, sont reprises par leurs patrons américains qui ne connaissent aucune limite ni aucune hésitation lorsqu’il s’agit de poursuivre leurs intérêts et d’atteindre leurs objectifs.

Plus encore, dans une tentative de détournement du cours de l’histoire, les pays occidentaux ont sapé les piliers du système économique mondial, construit au fil des siècles. C’est sous nos yeux que le dollar, l’euro et la livre sterling ont perdu toute fiabilité en tant que monnaies de transactions, de stockage des réserves et d’évaluation des actifs. Nous prenons des mesures pour mettre fin à cette dépendance à l’égard de monnaies étrangères peu fiables et compromises. D’ailleurs, même les alliés des États-Unis réduisent progressivement leurs actifs en dollars, comme le montrent les statistiques. Petit à petit, le volume des transactions et de l’épargne en dollars diminue.

Je tiens à noter ici qu’hier, Gazprom et ses partenaires chinois ont décidé de passer à des transactions à parts égales en roubles et en yuans dans leurs échanges en gaz.

Je tiens à ajouter que, du fait de leur vision à court terme, les responsables occidentaux ont déclenché une inflation mondiale. Dans de nombreuses économies développées, le taux d’inflation a atteint un niveau record qui n’avait pas été observé depuis de nombreuses années.

Tout le monde en est conscient, mais je veux insister : à la fin du mois de juillet, l’inflation aux États-Unis a atteint 8,5 %. En Russie, elle dépasse tout juste 14 % (j’en parlerai plus loin), mais elle est en baisse, contrairement aux économies occidentales. Dans ces pays, l’inflation y est en hausse, alors que dans notre pays elle est en baisse. Je pense qu’à la fin de l’année, nous atteindrons environ 12 % et, comme beaucoup de nos experts le pensent, au premier trimestre ou au deuxième trimestre de 2023, nous atteindrons très probablement notre objectif d’inflation. Certains disent qu’il sera de 5 à 6 %. D’autres disent qu’il descendra à 4 %. Nous verrons bien. En tout cas, la tendance est positive. Pendant ce temps, que se passe-t-il chez nos voisins ? L’inflation a atteint 7,9 % en Allemagne, 9,9 % en Belgique, 12 % aux Pays-Bas, 20,8 % en Lettonie, 21,1 % en Lituanie et 25,2 % en Estonie. Et la tendance est toujours à la hausse.

La hausse des prix sur les marchés mondiaux pourrait être une véritable tragédie pour la plupart des pays les plus pauvres, qui sont confrontés à des pénuries de nourriture, d’énergie et d’autres biens vitaux. Je citerai quelques chiffres qui soulignent le danger : alors qu’en 2019, selon l’ONU, 135 millions de personnes dans le monde étaient confrontées à une insécurité alimentaire aiguë, leur nombre a été multiplié par 2,5 pour atteindre 345 millions aujourd’hui – c’est tout simplement horrible. De plus, les États les plus pauvres ont complètement perdu l’accès aux aliments les plus essentiels, car les pays développés achètent la totalité de l’offre, ce qui provoque une forte augmentation des prix.

Laissez-moi vous donner un exemple. La plupart des navires – vous savez tous très bien combien les passions se sont déchaînées, combien on a parlé de la nécessité de faciliter à tout prix l’exportation des céréales ukrainiennes, pour soutenir les pays les plus pauvres. Et nous n’avions certainement pas d’autre choix que de réagir, malgré tous les développements compliqués qui se déroulaient autour de l’Ukraine. Nous avons tout fait pour que les céréales ukrainiennes soient exportées, et nous avons certainement rassuré – j’ai rencontré les dirigeants de l’Union africaine, les dirigeants des États africains et je leur ai promis que nous ferions tout notre possible pour défendre leurs intérêts et que nous faciliterions l’exportation des céréales ukrainiennes.

La Russie l’a fait avec la Turquie. Nous l’avons fait. Et je voudrais vous faire part du résultat, chers collègues : si nous excluons la Turquie en tant qu’intermédiaire, toutes les céréales exportées d’Ukraine, presque dans leur totalité, sont allées à l’Union européenne, et non aux pays en développement et aux pays les plus pauvres. Seuls deux navires ont livré des céréales dans le cadre du programme alimentaire mondial des Nations unies – le programme même qui est censé aider les pays qui en ont le plus besoin – seuls deux navires sur 87 – j’insiste – ont transporté 60 000 tonnes sur les 2 millions de tonnes de nourriture. C’est à peine 3 %, et ce sont les pays en développement qui en ont bénéficié.

Ce que je veux dire, c’est que de nombreux pays européens continuent aujourd’hui à agir comme des colonisateurs, exactement comme ils l’ont fait au cours des décennies et des siècles précédents. Les pays en développement ont tout simplement été trompés une fois de plus et continuent de l’être.

Il est évident qu’avec cette approche, l’ampleur des problèmes alimentaires dans le monde ne fera qu’augmenter. Malheureusement, à notre grand regret, cela pourrait conduire à une catastrophe humanitaire sans précédent, et peut-être, les exportateurs devraient-ils penser à limiter leurs exportations de céréales et d’autres denrées alimentaires vers cette destination. Je consulterai certainement le président de la Turquie, M. Erdogan, car c’est avec lui que nous avons mis au point un mécanisme d’exportation des céréales ukrainiennes, principalement, je le répète, pour aider les pays les plus pauvres. Mais que s’est-il passé dans la pratique ?

Je tiens à souligner une fois de plus que cette situation a été causée par les mesures irréfléchies prises par les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Union européenne, qui sont obsédés par des idées politiques irréelles. Le bien-être de leurs propres citoyens, sans parler de ceux qui ne font pas partie du « milliard d’or », a été relégué au second plan. Cela conduira inévitablement les pays occidentaux dans une impasse, une crise économique et sociale, et aura des conséquences imprévisibles pour le monde entier.

Chers collègues,

La Russie s’en sort bien face à l’agression économique, financière et technologique de l’Occident. Je parle d’une véritable agression ; il n’y a pas d’autre mot pour la décrire. La monnaie et le marché financier russes se sont stabilisés, l’inflation est en baisse, comme je l’ai déjà mentionné, et le taux de chômage est à un niveau historiquement bas de moins de 4 %. Les évaluations et les prévisions de nos performances économiques, y compris par les hommes d’affaires, sont plus optimistes aujourd’hui qu’au début du printemps.

Je tiens à dire que notre situation économique s’est globalement stabilisée, mais nous constatons également un certain nombre de problèmes dans certains secteurs, régions et entreprises individuelles, notamment celles qui dépendaient des approvisionnements en provenance d’Europe ou qui y livraient leurs produits.

Il est important de continuer à travailler avec les entreprises pour prendre des décisions rapides et lancer des mécanismes de soutien ciblés efficaces. Je voudrais demander à la Commission gouvernementale chargée d’accroître la viabilité de l’économie russe sous les sanctions de suivre l’évolution de la situation. Il est vrai que nous le faisons presque quotidiennement. Néanmoins, malgré les preuves de stabilisation que j’ai mentionnées, nous sommes également conscients des risques et nous devons donc garder un œil sur eux.

La Russie est un État souverain. Nous protégerons toujours nos intérêts nationaux tout en menant une politique indépendante, et nous apprécions également cette qualité chez nos partenaires, qui ont fait la preuve de leur fiabilité et d’une attitude responsable au cours de nos échanges commerciaux, de nos investissements et d’autres types de coopération depuis de nombreuses années. Je fais référence, comme vous le savez, à nos collègues des pays de l’Asie-Pacifique.

Une majorité absolue de pays de l’Asie-Pacifique rejette la logique destructrice des sanctions. Leurs relations commerciales sont axées sur l’avantage mutuel, la coopération et l’utilisation conjointe de nos capacités économiques au profit des citoyens de nos pays. Cela constitue un énorme avantage concurrentiel pour les pays de la région et une garantie de leur développement dynamique à long terme. Leur croissance est depuis longtemps plus rapide que la moyenne mondiale.

Vous en êtes conscients, mais je voudrais le rappeler à tous : au cours des dix dernières années, le PIB des pays asiatiques a augmenté d’environ 5 % par an, alors que ce chiffre est de 3 % dans le monde, 2 % aux États-Unis et 1,2 % dans l’Union européenne. Mais il est encore plus important que cette tendance persiste. À quoi cela mènera-t-il en fin de compte ? La part des économies asiatiques dans le PIB mondial passera de 37,1 % en 2015 à 45 % en 2027, et je suis sûr que cette tendance va persister.

Il est important pour la Russie que l’économie de l’Extrême-Orient russe se développe en même temps que les économies de l’Asie-Pacifique, que cette région offre des conditions de vie modernes, qu’elle augmente les revenus et le bien-être de la population, et qu’elle crée des emplois de qualité et des installations de production rentables.

Nous avons déjà testé des privilèges fiscaux, administratifs et douaniers nationaux uniques en Extrême-Orient. Ils permettent de mettre en œuvre des projets phares, même selon les normes mondiales, dans des domaines tels que la conversion au gaz naturel et le secteur de la construction navale, les technologies de bio-ingénierie et les énergies propres.

Au cours des sept dernières années, les volumes de production industrielle en Extrême-Orient ont augmenté d’environ 25 %. Cela dépasse d’un tiers les niveaux nationaux. Je tiens à le souligner : les taux de croissance de la production industrielle en Extrême-Orient dépassent largement les taux de croissance similaires à l’échelle nationale.

Nous continuerons à promouvoir le développement prioritaire des régions d’Extrême-Orient en utilisant de nouvelles mesures avancées de soutien de l’État et en créant un environnement commercial optimal et hautement compétitif. Par exemple, nous avons l’intention de continuer à ajuster le mécanisme des zones de développement prioritaires pour les projets modernes et conjoints avec d’autres pays, afin de créer le meilleur climat commercial possible pour attirer les technologies les plus avancées en Russie et pour fabriquer des biens à haute valeur ajoutée en Extrême-Orient.

Les événements de cette année confirment l’importance particulière d’un facteur tel que des matières premières accessibles et abordables, sans lesquelles il est impossible d’organiser un quelconque processus de production ou de mettre en place des chaînes de coproduction. La Russie est à peu près le seul pays à être totalement autosuffisant en termes de ressources naturelles, et l’Extrême-Orient y joue un rôle important. Cette région est un fournisseur très important de pétrole brut et de gaz naturel, de charbon, de métaux, de bois et de ressources biologiques marines pour le marché intérieur et nos partenaires étrangers.

Nous misons sur le développement prudent et rationnel des richesses naturelles de la Russie dans le respect des normes environnementales les plus strictes. Tout d’abord, nous raffinerons autant que possible sur place toutes les matières premières extraites. Nous utiliserons également ces matières premières pour renforcer la souveraineté de ce pays, pour assurer la sécurité industrielle, pour augmenter les revenus et pour développer les régions.

Nous avons déjà protégé l’industrie de l’extraction des ressources contre des actions inamicales. Désormais, seules les entreprises sous juridiction russe ont le droit d’exploiter les ressources naturelles en Russie.

Le ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement, en collaboration avec le ministère de l’Industrie et du Commerce et les principales associations professionnelles, a évalué la demande de l’économie nationale en matières premières stratégiques. Ces informations serviront de base à la stratégie révisée de développement des ressources minérales de la Russie, avec un horizon de planification étendu jusqu’en 2050.

Dans le même temps, une attention particulière doit être accordée à l’exploration géologique et au traitement des matières premières rares (telles que le titane, le manganèse, le lithium et le niobium), qui sont utilisées dans la métallurgie, les industries médicales et chimiques, la microélectronique, la construction aéronautique et d’autres industries, ainsi que dans les nouvelles technologies de stockage et de transport de l’énergie.

Je voudrais demander au gouvernement de se pencher en particulier sur le domaine de la récolte des bio ressources, où nous disposons d’un mécanisme de quotas d’investissement. Ici, il est important de parvenir à une croissance équilibrée et à une pleine utilisation des capacités de production, ainsi que d’assurer le développement harmonieux des infrastructures des régions.

Je tiens à souligner que les fonds que l’État reçoit de l’exploitation des bio ressources hydriques doivent avant tout être affectés au développement des infrastructures des zones rurales, au soutien de l’emploi et à l’augmentation des revenus des habitants. Je demande au gouvernement de prendre des mesures concrètes à ce sujet. Nous en avons discuté à plusieurs reprises.

Ensuite, au cours des dernières années, la Russie a mis en œuvre de grands plans pour le développement des infrastructures de transport, des chemins de fer et des routes, des ports de mer et des pipelines. Ces décisions opportunes ont permis aux entreprises de reconstruire rapidement la logistique dans les conditions actuelles et de réorienter les flux de marchandises vers les pays qui sont prêts et désireux de commercer avec la Russie et qui préfèrent des relations commerciales civilisées et prévisibles.

Il convient de noter que, malgré les tentatives de pression extérieure, le fret total des ports de mer russes n’a que légèrement diminué au cours des sept premiers mois de cette année ; il est resté au même niveau que l’année précédente, soit environ 482 millions de tonnes de fret. L’année dernière, il y en avait 483 millions, le chiffre est donc pratiquement le même.

Dans le même temps, les ports d’Extrême-Orient connaissent un véritable boom logistique. Le volume de transbordement de marchandises et de manutention de conteneurs est tel que des spécialistes travaillent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour faire face à la charge de travail. En un mot, on a beau vouloir isoler la Russie, c’est impossible, nous l’avons toujours dit. Il suffit de regarder la carte.

Nous utiliserons nos avantages concurrentiels naturels pour renforcer encore nos capacités de transport, développer le réseau routier et ferroviaire, construire de nouvelles voies d’accès aux terminaux maritimes et accroître leur capacité.

J’ai mentionné précédemment que nous nous concentrons sur la construction d’infrastructures vers l’est et sur le développement du corridor international nord-sud et des ports du bassin Azov-mer Noire, sur lesquels nous continuerons à travailler. Ils offriront aux entreprises russes davantage de possibilités de pénétrer les marchés de l’Iran, de l’Inde, du Moyen-Orient et de l’Afrique et, bien sûr, de bénéficier en retour, de livraisons de la part de ces pays.

Le volume total du transport de fret et de marchandises le long de ces routes et artères pourra augmenter d’environ 60 % d’ici 2030. Nous sommes tout à fait réalistes dans nos prévisions, et il en sera ainsi. Pour atteindre ces chiffres, le gouvernement a rédigé des « feuilles de route » spécifiques dans les trois domaines que j’ai décrits précédemment, ce qui nous permettra de rendre ce travail cohérent, de consolider et de coordonner nos efforts en termes de délais et de capacité pour supprimer les goulets d’étranglement et moderniser les points de contrôle frontaliers et les infrastructures connexes.

En plus de nos plans d’expansion des corridors de transport, il est important de mettre en place du nouveau matériel roulant et des véhicules de traction ferroviaire, de fournir aux chantiers navals russes des commandes de pétroliers, de navires à cargaison sèche et de porte-conteneurs modernes et de haute qualité, y compris des navires de classe glace, afin de poursuivre l’expansion de la route maritime du Nord en tant que corridor de transport puissant d’importance nationale et mondiale avec, je tiens à le souligner, une navigation assurée toute l’année. Les brise-glace ultramodernes que nous concevons et construisons, nous permettent de le faire dès à présent.

Cette année, un porte-conteneurs a effectué son premier trajet entre Mourmansk et le Kamtchatka le long de la route maritime du Nord, réaffirmant ainsi la fiabilité et la sécurité des opérations de transport maritime dans la zone arctique.

Il ne s’agit évidemment pas seulement d’autoriser le passage des navires dans l’Arctique ou de relier simplement deux destinations. Ce que nous devons faire, c’est nous assurer que les navires sont correctement entretenus et que les marchandises sont correctement traitées dans chaque port le long de la route, et que le programme de trafic est durable, prévisible et fiable. Ainsi, chaque point de passage et chaque région de la route maritime du Nord bénéficiera du corridor logistique. C’est ce à quoi nous devrions aspirer.

Le gouvernement a approuvé un plan de développement de la route maritime du Nord jusqu’en 2035 et prévoit d’allouer 1,8 trillion de roubles de diverses sources pour sa mise en œuvre. Selon nos prévisions, le trafic de marchandises le long de ce corridor passera des 35 millions de tonnes par an actuels, aux 220 millions de tonnes par an visés.

La disponibilité de moyens de transport de marchandises est certainement un facteur clé dans le transport de marchandises à destination et en provenance de l’Extrême-Orient russe. Cela signifie que nous devons offrir des taux de fret économiquement justifiés et compétitifs. Je demande au gouvernement d’étudier attentivement toutes ces questions.

L’aviation est une question particulière pour l’Extrême-Orient. Ici, la disponibilité des vols entre la partie européenne de la Russie et l’Extrême-Orient n’est pas le seul problème, mais la connectivité entre les régions d’Extrême-Orient elles-mêmes est également importante – les services aériens devraient couvrir autant de destinations, de villes et de régions de l’Extrême-Orient que possible.

C’est pourquoi nous avons créé une seule compagnie aérienne d’Extrême-Orient. Elle propose près de 390 destinations, dont certaines sont subventionnées par l’État. Dans les trois prochaines années, le trafic de cette compagnie aérienne devrait augmenter, et le nombre de destinations dépassera 530. Et comme nous avons pu le constater après l’ouverture de ces vols, ces destinations sont très demandées.

Pour mettre en œuvre ces plans, nous devons élargir la flotte de la compagnie, afin de nous assurer qu’elle dispose d’avions modernes, y compris de petits appareils. Une décision a été prise à cet égard, et je demande au gouvernement de l’appliquer strictement.

Je voudrais noter qu’en général, les transporteurs aériens russes seront bientôt complètement rééquipés. Nos compagnies aériennes, y compris Aeroflot, ont passé la plus grande quantité de commandes de l’histoire moderne, pour environ 500 avions de ligne de fabrication russe. À propos, pour autant que je sache, la United Aircraft Corporation et Aeroflot ont signé un accord en marge de ce Forum économique oriental, et les chiffres qu’il contient sont assez impressionnants – plus de mille milliards, je pense.

Cette forte demande devrait devenir un puissant stimulant pour les usines d’avions et les bureaux d’études, pour de nombreuses industries connexes, notamment l’électronique et les composants d’avions, et, bien sûr, pour les écoles formant du personnel professionnel, notamment des ingénieurs et des ouvriers qualifiés dans l’industrie aéronautique.

Je voudrais ajouter qu’une décision a été prise sur une autre question sensible pour l’Extrême-Orient. Je veux parler du développement des services médicaux aériens et de l’augmentation de la disponibilité des soins médicaux pour les personnes vivant dans des régions éloignées. À partir de l’année prochaine, nous ferons plus que doubler le financement fédéral à ces fins, ce qui signifie que le nombre de vols augmentera également et que les soins de santé seront plus rapides et de meilleure qualité dans la région.

Chers amis, chers collègues,

Toutes nos décisions concernant l’économie et la sphère sociale, tous les mécanismes que nous mettons en œuvre en Extrême-Orient ont le même objectif important : faire de cette région un lieu véritablement attrayant pour vivre, étudier, travailler, fonder une famille, faire en sorte que davantage d’enfants naissent.

Plusieurs initiatives importantes à cet égard ont été incluses dans le paquet de mesures que le gouvernement envisage actuellement. L’une d’entre elles consiste à créer un cadre de vie moderne, à améliorer les villes et les villages locaux.

Permettez-moi de vous rappeler que lors du dernier forum, nous avons fixé une tâche consistant à élaborer des plans directeurs pour le développement des plus grandes villes d’Extrême-Orient. Celles-ci comprennent tous les centres administratifs des régions et les villes de plus de 50 000 habitants, ainsi que Tynda et Severobaikalsk, les principales gares de la ligne ferroviaire principale Baïkal-Amour.

Nous avions à l’esprit une approche intégrée du développement des communautés, où les plans de modernisation des infrastructures, des équipements sociaux, de la création d’espaces publics, etc. seraient combinés de manière cohérente et pratique, et où les projets économiques et industriels s’appuieraient sur des modèles commerciaux soigneusement élaborés.

Dans toutes les villes, la tâche initiale a consisté à créer des plans de développement stratégique. Des plans directeurs sont déjà activement préparés sur la base de ces plans stratégiques dans 17 villes et zones métropolitaines. L’un d’eux concerne le développement de la zone urbaine de Petropavlovsk Kamtchatsky, et avant-hier, nous avons discuté de cette question avec nos collègues sur place. Une fois de plus, je demande au gouvernement d’apporter une aide maximale à la mise en œuvre de ce plan directeur et d’autres, afin qu’ils soient mis en œuvre sans condition.

Ici, entre autres, il est important d’utiliser des outils tels que la concession d’Extrême-Orient, les prêts d’infrastructure du gouvernement et les obligations d’infrastructure. Il est nécessaire de déterminer des limites optimales pour l’Extrême-Orient dans ces programmes. Les fonds doivent être utilisés pour le développement et l’amélioration des villes et, bien sûr, pour les infrastructures, y compris la modernisation des réseaux existants et les connexions aux services publics.

J’aimerais ajouter que lors du récent Forum économique de Saint-Pétersbourg, j’ai demandé au gouvernement d’allouer 10 milliards de roubles supplémentaires par an à des projets d’amélioration dans les villes russes. Je pense qu’il serait judicieux de consacrer la moitié de ce financement, soit 5 milliards par an, à la modernisation des villes d’Extrême-Orient dont la population est inférieure à 250 000 habitants.

Des ressources distinctes devraient également être affectées, dans le cadre de tous nos principaux programmes de développement des infrastructures, à des projets de modernisation des villes d’Extrême-Orient. J’ai déjà donné une telle instruction, et je vous demande de veiller à sa mise en œuvre aussi rapidement que possible. Des limites d’objectifs devraient être stipulées dans le budget fédéral pour les trois prochaines années.

Je tiens également à souligner que nous devons augmenter le volume de construction de logements en Extrême-Orient, tout en appliquant largement les technologies de construction « vertes » et à haut rendement énergétique les plus avancées.

Cette année, le programme « Far Eastern Quarters » a été lancé. Dans le cadre de ce programme, les promoteurs pourront bénéficier de zones de développement prioritaires, et en particulier d’avantages fiscaux et d’infrastructures, ce qui réduira le coût des appartements et le prix des logements finis. Cela augmentera la disponibilité des logements pour la population. L’objectif est de construire environ 2,5 millions de mètres carrés de logements d’ici à 2030 grâce à ce mécanisme de réduction des coûts. Je demande aux autorités régionales et au ministère du développement de l’Extrême-Orient russe d’organiser les premiers appels d’offres d’ici la fin de l’année, de sélectionner les promoteurs et de commencer à concevoir et à développer les immeubles résidentiels.

Ensuite, les habitants de l’Extrême-Orient ont droit à des conditions hypothécaires spéciales et préférentielles. Pas moins de 48 000 familles ont déjà acheté de nouveaux logements en utilisant des prêts hypothécaires à un taux de 2 %. Cette année, nous avons élargi le programme de prêts hypothécaires pour l’Extrême-Orient afin que les médecins et les enseignants, quel que soit leur âge, puissent y prétendre, tout comme les jeunes d’Extrême-Orient.

Je vous rappelle que ce programme est prévu jusqu’en 2024. Mais étant donné la demande et l’efficacité – et ce programme fonctionne efficacement – je propose de le prolonger jusqu’en 2030 au moins. J’espère que les habitants d’Extrême-Orient apprécieront également cette proposition.

Une décision particulière concerne le soutien aux jeunes professionnels qui viennent en Extrême-Orient ou sont diplômés d’établissements d’enseignement locaux, obtiennent un emploi et envisagent de se loger sur place. Pas moins de 10 000 appartements locatifs seront construits à leur intention. Le prix de location sera nettement inférieur au niveau du marché grâce aux subventions des budgets régional et fédéral. Le gouvernement a déjà envisagé une telle mesure. Je vous demande de régler tous les détails afin de commencer sans tarder la construction de logements locatifs pour les jeunes professionnels. Et je tiens à souligner que l’emplacement de ces logements devrait être inclus dans les plans directeurs de développement des villes d’Extrême-Orient, ce qui signifie que toutes les infrastructures nécessaires devraient être disponibles – en bref, ces logements devraient être pratiques et appréciés.

Je tiens à souligner que les régions d’Extrême-Orient, comme de nombreuses autres régions de la Fédération de Russie, connaissent aujourd’hui une pénurie de travailleurs. Nous prendrons également plusieurs mesures importantes pour intensifier la formation du personnel dans les compétences clés. Plus de 900 ateliers modernes seront ouverts dans les collèges d’Extrême-Orient d’ici 2030, et dans un avenir proche, jusqu’à la fin de 2025, nous lancerons 29 pôles de production et d’éducation. En outre, les entreprises recevront une subvention pour l’emploi de jeunes travailleurs.

Un autre domaine important est l’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur dans l’Extrême-Orient russe. L’objectif est d’attirer des professeurs qualifiés, de moderniser les installations et les équipements des établissements d’enseignement supérieur et de fournir des subventions pour stimuler la recherche universitaire et les développements prospectifs dans les domaines cruciaux de l’agenda technologique.

Il existe des programmes de réseau pour les universités d’Extrême-Orient qui relient les établissements d’enseignement de la région aux principales universités du pays, telles que l’Université technique maritime d’État de Saint-Pétersbourg, l’Institut d’aviation de Moscou et d’autres. Nous soutiendrons sans aucun doute ce domaine de coopération.

Enfin, des antennes de l’Institut russe des arts du théâtre (GITIS), de l’Institut national d’État Gerasimov de cinématographie (VGIK) et de l’Institut théâtral Boris Shchukin, ouvriront en 2025 dans l’Extrême-Orient russe pour former des travailleurs culturels et artistiques. J’aimerais demander au gouvernement de fournir toute l’aide nécessaire.

Je tiens à souligner que les régions d’Extrême-Orient proposent leurs propres initiatives de développement professionnel. Par exemple, l’Agence pour les initiatives stratégiques de la région de Sakhaline soutient un projet pilote intitulé « Earning Money Together ». Les participants à ce projet pourront suivre une formation complémentaire gratuite, bénéficier d’une orientation professionnelle et obtenir de l’aide pour créer une entreprise. En fonction des résultats de ces projets pilotes, nous envisagerons de les étendre.

Je tiens également à mentionner un programme de formation destiné à une nouvelle génération de gestionnaires en Extrême-Orient. Ce programme vise à cultiver un vivier de talents locaux et à intégrer des programmes d’études et des stages dans des bureaux publics et des institutions de développement. Ce programme est déjà en cours et je suggère que les responsables de toutes les régions du district fédéral d’Extrême-Orient y participent.

Chers collègues, je voudrais conclure mes remarques en soulignant une fois de plus que l’économie mondiale moderne et l’ensemble du système des relations internationales sont confrontés à des défis. Toutefois, je crois que la logique de coopération, d’alignement des potentiels et des avantages mutuels à laquelle adhèrent nos pays et nos amis de la région, prévaudra quoi qu’il arrive. En tirant raisonnablement parti des côtés compétitifs et des atouts des pays d’Asie-Pacifique, en créant des partenariats constructifs, nous ouvrirons de nouvelles opportunités colossales pour nos peuples. Nous sommes prêts à travailler ensemble dans l’intérêt d’un avenir réussi. Et nous sommes reconnaissants à nos partenaires de participer à ce travail.

Merci.