Visite de Mike Pompeo à Sochi

La visite à Sochi de Mike Pompeo le 15 mai 2019 a été considérée par les deux parties comme une rencontre positive, chacun faisant preuve d’une réelle volonté de discussion. Volonté qui ne s’était pas exprimée récemment du côté américain, malgré les déclarations de campagne du candidat Donald Trump.

Suivant le scénario devenu traditionnel, le Secrétaire d’Etat américain a été reçu d’abord par le Ministre russe des Affaires Etrangères. Les deux hommes ont ensuite rencontré le président. Les discussions avec Vladimir Poutine ont duré plus d’une heure et demi, preuve d’une réelle volonté de coopérer. Beaucoup de sujets ont été abordés au premier rang desquels l’Iran. Selon Yury Ushakov, conseiller du président Poutine la conversation a porté aussi sur l’accord sur « les armes nucléaires à portée intermédiaire » INF. La partie Russe a fait part de sa préoccupation face à la sortie des Etats-Unis de ce traité. Le nouveau traité START qui vient à échéance en 2021 a également été discuté.

D’autres sujets importants ont été abordé comme la Syrie et le Venezuela mais il n’a pas été question de l’Ukraine ce qui montre que les deux parties continuent à penser que les accords de Minsk sont toujours en force. Reste à les appliquer.

Pour le président du Club de Discussion de Valdaï, Andrey Bystritsky, cette rencontre est la preuve de la volonté des deux parties de maintenir le dialogue bilatéral.

Peu d’échos concernant cette visite dans les médias dominants occidentaux et des commentaires globalement négatifs dans les médias américains. Beaucoup reprennent l’expression de Reuters qui parle dans sa dépêche de « rencontre glaciale ». MSNMBC s’accroche toujours à la théorie du complot entre Trump et la Russie malgré les conclusions du rapport Mueller. Pour CNN c’est Vladimir Poutine qui a eu le dernier mot face aux « malheureux » dirigeants américains. De son côté, le Sénateur Chuck Schumer (Démocrate, NY) a déclaré que « le secrétaire d’Etat devait bien faire comprendre à Vladimir Poutine que le prix d’une interférence dans les élections américaines serait très élevé ».

Les délégations sur place ont fait état de discussions cordiales, Mike Pompeo annonçant à Serguei Lavrov que Donald Trump était décidé à améliorer les relations entre les deux pays.

Serguei Lavrov a confirmé l’ambiance cordiale tout en ajoutant que la cordialité de Vladimir Poutine ne devait pas être interprétée comme de la faiblesse et que la Russie « ne ferait aucune concession qui irait à l’encontre des intérêts russes ».

Le voyage de Mike Pompéo à Sochi est à rapprocher de la détérioration récente des relations entre les Etats-Unis et la Chine qui entrent dans une dangereuse spirale de guerre économique.

DP