– Les relations entre la Russie et les Etats-Unis étaient à un tel niveau, que la rencontre de Genève qui n’a produit qu’une sorte de retour à la Guerre froide, a été considéré comme un certain succès. En attendant, du côté américain, c’est « sanctions as usual ». Washington vient d’annoncer un nouveau train de sanctions, ce qui a fait dire à la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères russe, que les USA utilisaient les sanctions pour cacher le manque de compétitivité de leur économie.

– La Russie et les Etats-Unis ont signé une déclaration commune sur la stabilité stratégique. « Nous réaffirmons aujourd’hui, qu’une guerre nucléaire ne peut pas être gagnée et ne doit donc pas être menée ». Jamais les Etats-Unis n’auraient accepté une telle déclaration en 2013. Cela montre à quel point, l’équilibre des forces a changé. Un nouveau président américain pourrait revenir sur cette signature, comme on l’a souvent vu par le passé, mais l’important est ce que cette signature signifie aujourd’hui.

– Les pays de l’Otan se réunissaient cette semaine autour du président Biden. Le communiqué final annonce une hausse du budget de 4,1%. L’objectif principal est de « contenir » la Russie, bien entendu, mais aussi la Chine qui est devenu un adversaire systémique. L’Atlantique Nord s’étend donc maintenant, jusqu’à la Mer de Chine du Sud.

– La Banque Centrale de Russie a augmenté son taux de base de 0,5% à 5,5% et annonce un resserrement de sa politique monétaire. Les banques ont réagi plutôt calmement à la nouvelle. Pour ING Bank, le plafond de ce taux devrait être de 6,5%, alors que Raiffeisenbank note qu’un taux de 6,75% correspondrait à la moyenne attendue du taux de base pour l’année.

– Ankara a déclaré à la fin du sommet de l’Otan que la Turquie était prête à maintenir un contingent en Afghanistan, après le départ américain, si les Etats-Unis apportaient le soutien financier nécessaire. D’après le quotidien « Nezavisimaya Gazeta », une telle situation pourrait convenir à la Russie qui, d’une part cherche à maintenir la stabilité dans les républiques voisines de l’Afghanistan, et, d’autre part, a une très grande expérience des relation politico-militaires avec la Turquie. Le quotidien note, tout de même, que ce dernier pays n’a pas toujours été un partenaire fiable et prévisible dans ses relations avec la Russie.

– Selon le quotidien « Kommersant », la consommation en Russie devrait retrouver son niveau d’avant pandémie au début de l’été. Du côté de l’emploi, la situation s’est améliorée sensiblement également, le niveau des offres ayant dépassé celui des demandeurs d’emploi.

– La vaccination est devenue obligatoire à Moscou, pour les employés du secteur des services en contact avec la clientèle. On s’attend à des mesures du même type en province.

– Le ministre des Affaires étrangères d’Ukraine, Dmitry Kuleba a annoncé que Kiev était disposé à autoriser « Nordstream II », si la Russie abandonnait son occupation du Donbass et de la Crimée…

– Questionné à propos de l’échange de prisonniers évoqué à Genève mercredi dernier, le porte-parole de Vladimir Poutine, Dimitri Peskov a déclaré que si les Etats-Unis confirmaient qu’Alexei Navalny avait un passeport américain, ou qu’il travaillait pour les Etats-Unis, alors, il pourrait être échangé…