La Crimée est héritière d’une histoire mouvementée et sa position géographique en mer Noire à l’intersection de la Russie, l’Ukraine, les Balkans, le Caucase, la Turquie et le Proche et Moyen-Orient la place au cœur des configurations géopolitiques européenne et mondiale, hier comme aujourd’hui. Ce territoire est un poste avancé au milieu de la mer Noire qui donne un avantage géostratégique décisif pour la défense de la Russie et le port de Sébastopol lui donne une ouverture vers la Méditerranée et les océans Atlantique et Indien (par le canal de Suez).

La Crimée au XIXe siècle était déjà au cœur des ambitions rivales des Empires russe, ottoman, français et britannique. A la suite de la crise en Ukraine en 2014, la Crimée a été rattachée à la Russie et ce contrecoup du changement de régime à Kiev, illégitime pour la grande majorité des habitants de la Crimée, constitue une réalité définitive et incontournable, non seulement du point de vue historique mais du réalisme géopolitique aussi.

Les acteurs et le contexte évoluent, mais les enjeux géopolitiques dominants traversent les siècles.

Comme au XIXe siècle dans une configuration géopolitique différente, la sortie de crise entre l’UE et la Russie en ce début du XXIe siècle, est susceptible de changer la configuration géopolitique européenne et mondiale et donc l’ordre international. C’est précisément pour cette raison qu’il est si difficile pour les États de surmonter la crise actuelle.

Lire la suite de l’article