– Le vice-premier ministre russe, Youri Borisov a annoncé cette semaine, que l’armée russe avait reçu les premières livraisons de missiles S-500 Prométhée. Ils doivent, à terme, remplacer les régiments de missiles S-400 Triumph. Produits par l’entreprise Almaz-Antey, comme les S-400 d’ailleurs, les missiles S-500 sont destinés à faire face à toute forme d’attaque aérienne ennemie, à toutes les altitudes et toutes les vitesses. Ces missiles sont considérés comme les plus performants du monde en ce moment.

– La semaine dernière, les troupes ukrainiennes ont bombardé un dépôt de carburant de la république auto proclamée de Donetsk, détruisant 1,300 tonnes de carburant, l’équivalent d’un mois de consommation. Selon Daniil Bezsonov, représentant de Donetsk, cité par le quotidien « Nezavisimaya Gazeta », il s’agit de la troisième attaque de ce type et les experts consultés par le quotidien, parlent de ressemblances avec les méthodes employées par l’Otan en Yougoslavie. A la fin de ce mois, l’Ukraine devrait organiser des manœuvres de grande ampleur (pour ce pays) avec 15 pays membres de l’Otan et associés.

– Les voitures chinoises augmentent leur part de marché en Russie, de 3 à 6%. Elles sont encore loin de s’imposer, mais la hausse est substantielle. Tout d’abord, les constructeurs chinois ne souffrent pas, contrairement à leurs concurrents, de la pénurie de semi-conducteurs, puisque le pays représente environ 60% de la production mondiale de ces éléments. Ensuite, la hausse des prix des véhicules produits en Europe et aux Etats-Unis rend les modèles chinois plus compétitifs.

– Selon des experts russes, consultés par le quotidien « Rossyiskaya Gazeta », le démarrage du gazoduc Nordstream II pourrait prendre quelques mois. Si les travaux sont effectivement terminés, le projet doit maintenant passer les différentes étapes de la procédure de certification. D’après la partie allemande, une décision pourrait être annoncée le 8 janvier 2022. Ensuite, la Commission européenne va prendre entre deux et quatre mois pour évaluer le gazoduc, et l’Allemagne aura alors deux mois pour prendre la décision finale. Tout ceci, dans le cas où les élections allemandes de la semaine prochaine ne donneraient pas une position trop importante au parti « vert ». Les adversaires du gazoduc ont donc encore la possibilité de ralentir la mise en œuvre de façon importante. Pendant ce temps, l’hiver arrive, les stocks européens de gaz sont très bas, les énergies de remplacement (éolien, hydro électricité, etc.) souffrent de conditions climatiques moins favorables, et le prix du gaz continue d’augmenter à 800 dollars les mille mètres cubes.

– D’après un sondage du Centre d’Opinion publique russe cité par le quotidien « Vedomosti », 83% des Russes pensent que leur pays a besoin de l’arme nucléaire.

– Le président syrien, Bashar al-Assad a fait, cette semaine, une visite surprise à Moscou. Sa dernière visite remontait à 2015. Officiellement, les deux chefs d’Etat ont discuté de la reconstruction du pays et de la présence de forces étrangères sur son territoire. Mais des experts, consultés par le quotidien « Nezavisimaya Gazeta », pensent que le sujet principal de la rencontre était la levée de certaines sanctions occidentales. Une des raisons principales est le projet de livraison de gaz égyptien au Liban qui ferait de la Syrie un pays de transit. Pour Anton Mardasov, du « Conseil russe des affaires internationales », il s’agit d’obtenir une levée de certaines sanctions qui permettrait d’augmenter les échanges de la Syrie avec la Jordanie et la livraison de gaz égyptien.

– Le Parlement européen a voté un nouveau rapport qualifiant la politique russe de « agressive et révisionniste ». Strasbourg voit la Russie comme « la principale menace contre la sécurité en Europe » et propose d’imposer de nouvelles sanctions contre ses forces armées, ses services de renseignements et le secteur pétrolier et gazier. Il demande également, pour faire bonne mesure, d’exclure la Russie du système d’informations financières « Swift ». Pour les amateurs de surréalisme, la lecture du rapport, pourrait constituer une occupation distrayante. Les opinions du Parlement européen sont consultatives.

– Des négociations sont en cours, concernant une éventuelle visite de Viktoria Nuland, sous-secrétaire d’Etat américaine pour les affaires politiques. Cette visite pourrait avoir lieu en novembre. Le côté américain cherche visiblement à mettre en place des relations de travail avec la Russie, afin que Joseph Biden puisse se concentrer sur des sujets jugés plus pressants, comme le climat ou les relations avec la Chine.