– La société russe « Technodinamika », filiale du groupe Rostec, a annoncé la fin de la première phase d’essais de six mois, de son parachute dirigeable. Il s’agit d’un parachute de type « aile », capable de porter des charges de 250 kilos et dont on peut diriger la descente. Il peut être guidé suivant des coordonnées Glonass (ou GPS), ou suivre automatiquement un parachutiste « guide ». Technodinamika va lancer la fabrication d’un autre parachute de ce type capable de supporter une charge de 500 kilos. Ces engins ont une précision de cent mètre, quand ils sont largués à 4.000 mètre, ce qui permet de réduire considérablement les délais de déploiements. Ils permettent le largage de tous types d’armements, d’équipements et de munitions.

– La Hongrie a signé lundi dernier un contrat d’achat de gaz avec Gazprom. Ce contrat prévoir la livraison de 4,5 milliards de mètres cube par an, sur quinze ans, à partir du 1er octobre 2021. La livraison se fera par des gazoducs qui contournent l’Ukraine, ce qui a évidemment provoqué une réaction violente à Kiev. L’Ukraine essaie de faire condamner ce contrat par l’Union Européenne, mais Viktor Orban a déjà annoncé qu’il n’avait pas l’intention de se laisser faire : « La Hongrie est un pays souverain qui décide seul où il achète son gaz et par quels moyens il se fait livrer ». Voilà qui ne va pas contribuer à détendre les relations entre Budapest et Bruxelles, sans parler, bien sûr de Kiev.

– La tension monte encore entre les Etats-Unis et la Russie sur la route du Nord. Ne disposant pas de brise-glace, les Américains ont annoncé qu’ils utiliseraient des sous-marins et des drones pour surveiller cette route que les Russes ont l’intention de développer, dans le cadre du réchauffement climatique actuel. Le Pentagone a annoncé la production de drones à long rayon d’action pouvant voler quarante heures. De son côté, le colonel Vladimir Popov, cité par « Nezavisimaya Gazeta » annonce que des batteries de S-400 sont déployées sur l’archipel de Nouvelle Zemble et que des S-300 sont installés au nord de la région de Skaha : « Ces missiles peuvent détruire, non seulement tous types de drones, mais également des bombardiers furtifs américains ».

– La consommation de charbon augmente en Europe, sur fond de faiblesse des énergies renouvelables pour des raisons climatiques, et de hausse du prix du gaz. Les exportations de charbon russes vers l’Union Européenne ont augmenté de 2,4% pendant les six premiers mois de 2021. Malgré une lourde taxe carbone appliquée à l’entrée du charbon, son prix de revient reste très intéressant si on le compare au prix actuel du gaz. Cette situation pourrait durer encore quelques années.

– Selon le quotidien « Rossiyskaya Gazeta », les résultats des récentes élections allemandes, et de nouvelles sanctions américaines pourraient avoir des conséquences négatives pour Nord Stream II. Il n’est, évidemment, pas question de démolir le gazoduc, mais d’en limiter l’exploitation par des décisions politiques et judiciaires. Des voix s’élèvent dans ce sens en Allemagne, ce qui est d’autant plus étonnant qu’après l’abandon du nucléaire, la faiblesse des niveaux de production d’énergies renouvelables et la pollution générée par le charbon, l’économie allemande a besoin de plus de gaz. Et ce n’est pas le seul pays. Il n’est pour s’en convaincre que de regarder l’état du marché du gaz en Europe et la flambée des prix. Pour les Etats-Unis, évidemment, cette flambée est plutôt une aubaine.

– Selon le service officiel de statistiques russe, le chiffre d’affaire des hôtels, au deuxième trimestre de cette année, en Russie, a dépassé de 13,6%, le niveau de 2019, avant la pandémie.

– La Chine a demandé à la Russie d’augmenter ses exportations d’électricité. Chaque année, l’Extrême Orient russe exporte trois milliards de kilowattheures vers son voisin. « Inter RAO », la société d’électricité russe pourrait fournir quelques deux milliards de kilowattheures supplémentaires. L’exportation de quantités supplémentaire n’aurait pas d’impact significatif sur les résultats de « Inter RAO », puisque l’état russe a limité les bénéfices de la société à 5% du chiffre d’affaires.

– Selon la société de contrôle des médias, « Roscomnadzor », Facebook pourrait se voir imposer une amande équivalente à 10% de son chiffre d’affaires en Russie pour refus de supprimer des contenus interdits. Jusqu’à présent, les autorités avaient du mal à imposer des amendes, les sociétés étrangères comme Facebook n’ayant pas de présence juridique dans le pays. Mais une nouvelle loi leur impose d’avoir un siège en Russie à partir de 2022.

– Selon les experts questionnés par le quotidien « Vedomosti », les exportations russes devraient atteindre un nouveau record de 500 milliards de dollars cette année. Pour la société « Citi Analysis », les exportations russes vont encore augmenter en 2022, quoiqu’à un rythme légèrement inférieur.

– Le ministre de la Santé russe, Mikhail Murashko a déclaré ce samedi que le vaccin « Sputnik V » était maintenant prêt à être approuvé par l’Organisation Mondiale de la Santé. Selon lui : « Aujourd’hui, tous les obstacles ont été levés. Cela a été confirmé par le directeur général de l’OMS. Il n’y a plus qu’à signer un certain nombre de documents, c’est une question administrative ». Le ministre a même évoqué la possibilité d’une reconnaissance mutuelle des vaccins entre la Russie et les Etats-Unis.