– Divers organismes russes, ont signé cette semaine, un code d’éthique concernant l’utilisation de l’Intelligence Artificielle (IA). Ce code sera inclus dans le « Projet fédéral de Développement de la société de l’information pour la période 2017-2030 ». Il établit les principes généraux d’éthique et les standards de comportement dans toutes les activités comportant l’utilisation d’IA. Le document a été signé par, les membres de l’alliance Sberbank, Gazprom Neft, Yandex, Vkontact, de même que les représentant de Skolkovo, Rostelekom, Rosatom, Info Watch et la plateforme immobilière Cian. Cette signature s’est faite en utilisant, pour la première fois, le système « Gosklioutch », un service qui génère automatiquement la signature électronique des utilisateurs.

– Selon le quotidien « Kommersant », les investissements étrangers sur les marchés financiers russe ont augmenté de 190 millions de dollars la semaine dernière. Il attribue l’attrait de ces marchés, à la fois à l’augmentation des prix des matières premières et à la situation financière du pays qui a d’importantes réserves de change et un niveau de dettes très bas. L’indice RTS de la bourse de Moscou a passé la barre des 1.900 points, son plus haut niveau depuis août 2011, soit une hausse de 35% depuis le début de cette année.

– Le président sortant d’Ouzbékistan, Shavkat Mirziyoyev a remporté un nouveau mandat de cinq ans aux dernières élections présidentielles. Selon les médias russes, il devrait poursuivre sa politique de rapprochement avec la Russie, étant donné, en particulier, l’évolution de la situation politique de la région après le départ américain d’Afghanistan. Dans le domaine agricole, le pays diversifie sa production, autrefois tournée essentiellement vers le coton, vers les fruits et légumes qui sont exportés vers la Russie. D’après Stanislav Pritchin, directeur de recherches au Centre d’Etudes Post-Soviétique de l’Académie des sciences, Tachkent devrait accroitre ses efforts dans la création de corridors de transport, pour favoriser ses exportations, et renforcer ses relations avec des partenaires stratégiques tels que la Russie, la Chine et l’Union Européenne.

– D’après le quotidien « Izvestia », l’armée russe a décidé de renforcer son système de communications en Asie Centrale, en particulier sur ses bases du Tadjikistan et du Kirghizistan. Il s’agira essentiellement de relais satellites, indispensables dans ces régions montagneuses. Le réseau fournira des communications sécurisées et stables, sur le modèle de ce que l’armée Rouge a réalisé en Syrie.

– L’Ukraine a été admise, cette semaine, à la réunion de l’Otan sur les armements . Habituellement ces réunions sont réservées aux pays membres. Certains, en particulier à Kiev, y voient un signe que l’accession du pays à l’Alliance est proche. Cela reste cependant fort peu probable dans la situation actuelle : si l’Ukraine rejoignait l’Otan, le Donbass deviendrait, de facto, le problème de l’Alliance. On peut douter que les pays européens acceptent d’envoyer leurs troupes dans une vraie guerre. Toutefois, selon le colonel en retraite Nikolai Shulgin, questionné par le quotidien « Nezavisimaya Gazeta », l’Angleterre est en train de devenir le principal partenaire stratégique de l’Ukraine dans le domaine de la défense, et c’est un sujet d’inquiétude.

– La décision de la Russie de remplir les capacités de stockage de Gazprom en Europe a fait baisser sensiblement les prix du gaz sur le marché spéculatif européen. La société russe devrait pouvoir transférer environ cinq milliards de mètres cube, via les gazoducs existant, y compris en Ukraine. Cependant, selon Andrei Polishchuk, expert de la Raiffeisenbank, le marché du gaz en Europe devrait rester tendu tout l’hiver, en particulier si les prix restent élevés en Extrême Orient. En effet, dans ce cas, les producteurs américains livreront en priorité les pays où les prix sont le plus avantageux. La mise en route de « Nordstream II » pourrait détendre la situation en permettant des ventes supplémentaires.

– Le commandant en chef de l’armée ukrainienne, Valery Zaluzhny a confirmé cette semaine la première utilisation par les forces de Kiev d’un drone de fabrication turque, « Bayrakter TB2 ». Ce dernier aurait détruit une pièce d’artillerie de la milice du Donbass. L’utilisation de tous types de drones, à l’exception des drones d’observation de l’OSCE est strictement interdite par les accords de Minsk. Moscou attend les réactions de Berlin et Paris, garants, au même titre que la Russie, de ces accords que les autorités ukrainiennes transgressent régulièrement depuis plusieurs années.