Je viens d’avoir une longue conversation avec le sénateur Alexeï Pouchkov, au cours de laquelle, nous avons, évidemment abordé la situation actuelle, particulièrement tendue entre la Russie et l’Occident.

Il ne voit pas de chance de désescalade à court terme dans les relations de Moscou avec l’Union Européenne. Le bloc russophobe constitué par la Pologne et les Pays Baltes s’opposera toujours à une discussion constructive. Il y a aussi lieu de se demander ce que sera la position de l’Allemagne, une fois que ses nouveaux ministres auront pris la mesure de la responsabilité qu’implique leur position.

Pour Alexeï Pouchkov, la seule chance d’établir, actuellement un dialogue constructif se trouve du côté américain. Il en veut pour preuve la déclaration de l’ambassadeur des Etats-Unis, John Sullivan, hier 23 décembre : « Avec nos alliés et partenaires de l’OTAN, nous sommes prêts à interagir avec les autorités russes et à discuter des problèmes qu’elles ont exprimés ».

Une déclaration qui contraste avec celle de la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, la veille : « … les États-Unis n’étaient pas prêts à accepter les propositions de la Russie concernant l’Otan ». D’ailleurs, le sénateur Pouchkov ne voit pas, lui non plus, de possibilité de discussion avec l’Otan et raison de la présence en son sein des mêmes pays russophobes mentionnés plus haut.

Le sénateur Alexeï Pouchkov est l’auteur du livre « Le jeu russe sur l’échiquier global » édité en français par ODM Editions.