Alors que les médias atlantistes ne cessent de parler de la Russie comme d’un agresseur, les statistiques, reconnues en Ukraine, du nombre d’Ukrainiens qui se réfugient en Russie, qui vivent et travaillent en Russie, qui prennent la nationalité de « l’agresseur » sont pour le moins surprenantes … s’il s’agit d’un agresseur. Un Ukrainien sur 12 vit en Russie. L’année dernière encore malgré les problèmes de déplacements, encore des demandes de statuts de réfugiés. Imaginez lors de la Seconde Guerre mondiale, combien d’Européens allaient volontairement se « réfugier » en Allemagne et y vivre, y faire leurs études ?

Après le Maïdan de 2014, la « nouvelle » Ukraine a été surprise de noter que, non seulement ses ressortissants ne rentraient pas dans le paradis atlantiste, mais continuaient à partir … principalement vers la Russie. Or, la Russie est l’« agresseur » officiel, estampillé, d’origine contrôlée. Qu’ils fuient vers les pays européens, dans la logique de pays colonisé, est compréhensible pour les autorités locales, mais pas vers la Russie, pas vers l’Est !

Ainsi, en 2018, Pavlo Klimkine, ministre ukrainien des Affaires étrangères déclarait :

« La Russie nous fait la guerre et de toute manière plus de 3 millions d’Ukrainiens vivent en Russie. Autrement dit, près d’un Ukrainien sur 12 est actuellement en Russie ».

Si la Russie avait agressé l’Ukraine, comme le discours politico-médiatique atlantiste se plaît à le chanter sur tous les tons, pensez-vous vraiment que tant d’Ukrainiens vivraient en Russie ? Le ministre avait bien compris le danger que pouvait présenter cette situation pour la survie du mythe fondateur de la « Russie-agresseur » et il déclarait :

« Cette situation est inacceptable, cela ne peut pas durer éternellement. Il y a actuellement plusieurs pistes et nous les travaillons pour que 3 millions d’Ukrainiens ne vivent pas de manière permanente en Russie. »

D’une certaine manière, cela a fonctionné, car environ 1 million d’Ukrainien ont adopté la nationalité russe entre 2016 et 2020, cela fait donc un million d’Ukrainiens en moins en Russie ! Il en restait encore environ 2,5 millions. C’est un échec pour le monde atlantiste, mais les médias atlantistes n’en parlent pas, ils gardent parfaitement le secret.

La Russie est décidément un agresseur bien étrange ! D’autant plus qu’au 1er janvier 2021, 18 345 Ukrainiens y avaient un statut de réfugié temporaire, ce qui correspond à la quasi-totalité des personnes bénéficiant de ce statut (contre 514 Afghans, 359 Syriens, 119 Géorgiens, 59 Ouzbeks, etc.).

La situation dans le Donbass est similaire : les gens se réfugient en Russie ou prennent la nationalité russe. Ainsi aujourd’hui, alors que l’on compte environ 2,2 millions d’habitants dans la République de Donetsk et 1,3 pour Lougansk, les autorités locales ont annoncé que plus de 720 000 personnes avaient déjà obtenu un passeport russe depuis que, le 24 avril 2019, en réponse à la politique d’isolement menée par Kiev envers les habitants du Donbass, le Président russe a signé un oukase leur facilitant l’obtention de la nationalité russe.

La politique menée par l’Ukraine, sur commande des Atlantistes, conduit ce pays à sa perte. Il serait temps d’y voir enfin un pouvoir pro-ukrainien. Source : Russie politics