La ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, en visite à Moscou, a réussi à dépasser toutes les limites de l’incompétence, à tel point que Serguei Lavrov, pourtant toujours très courtois a déclaré devant elle avoir eu l’impression de parler avec un sourd-muet. Mais que reste-t-il de la diplomatie en Europe ?

La visite de la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss en Russie a très, très, mal commencé et la conférence de presse qui l’a suivi l’a pitoyablement illustré.

Sans entrer dans les détails d’une déroute en rase campagne, deux points en particulier ont retenu notre attention. Tout d’abord, l’inculture de cette personne. Lorsque pour la énième fois, Lavrov explique lors de leur discussion, que les troupes russes sont en Russie, sur le territoire russe et qu’il demande, avec ce qu’il pense être une note d’humour, de manière affirmative, si la Grande-Bretagne reconnaît bien la souveraineté de la Russie sur les régions (russes) de Rostov et Voronej, très dignement, très sérieusement, la ministre britannique répond que non, jamais la Grande-Bretagne ne reconnaîtra la souveraineté de la Russie sur ces régions. L’ambassadeur britannique a dû lui expliquer que ce sont des régions russes. Plus tard, l’ambassade a fait savoir que la ministre pensait qu’il s’agissait de régions … ukrainiennes.

De quelle discussion sérieuse peut-il s’agir, face à une telle incompétence ? Et lors de la conférence de presse, Lavrov manifestement excédé, ce qui est extrêmement rare, déclare, perdant son flegme traditionnel, mais constatant un fait :

« Pour être honnête, je suis déçu qu’on ait une conversation entre un muet et un sourd. Nous semblons écouter, mais nous n’entendons pas. À tout le moins, nos explications les plus détaillées sont tombées sur un terrain non préparé, de la même manière qu’ils disent que la Russie attend que le sol gèle et devienne comme une pierre pour que les chars puissent passer calmement en territoire ukrainien. Il me semble que nos collègues britanniques avaient aujourd’hui le même sol, sur lequel ils se sont couchés et sur lequel les nombreux faits que nous avons cités ont rebondi ».

Toujours selon Lavrov, la position britannique n’a rien apporté de nouveau, la ministre n’a fait que répéter toujours les mêmes slogans, ignorant ou ne prêtant pas attention aux arguments qui lui étaient apportés.

C’est triste de voir la diplomatie en Europe tomber aussi bas. Mais que peut-on attendre d’autre, quand ces personnes, qui débarquent à Moscou à tour de rôle, ne viennent pas faire de la diplomatie, chercher une sortie de crise, mais transmettre toujours le même message atlantiste et faire pression ? Seuls les pays souverains peuvent avoir les moyens d’une diplomatie, les pays européens étant inféodés et ne s’en cachant plus, la diplomatie est un luxe qu’ils ne peuvent plus se permettre.

En quoi ces tristes parodies permettront une sortie de crise, c’est une autre question …

Source : Russie Politics